Monster Club – Que le meilleur gagne et dieu sauve la reine ! (Delcourt)

Monster Club - Que le meilleur gagne et dieu sauve la reine !

D’un côté, nous sommes plongés en plein Londres, à l’époque victorienne où un club de Cryptozoologie voit le jour.
De l’autre côté, nous sommes plongés à Baltimore, les États-Unis sont sous la présidence de Rutherford B. Hayes et un club de Cryptozoologie voit le jour.

Vous pensez que je me répète ? Bien sûr que non.
Les deux groupes de plus ou moins scientifiques vont chercher un nom qui en jette. Je vous le donne en mille les anglais et les Américains vont choisir le même : « Monster Club ». Les bases de l’histoire sont posées.

Pour se départager et trouver une solution, rien n’est mieux qu’un défi de grande envergure. Pour ce tome 1, les deux groupes vont se lancer un duel : ramener une créature inconnue de la civilisation.

Monster Club - Que le meilleur gagne et dieu sauve la reine !

© Delcourt

Composé de membres complètement barrés, mais se ressemblant assez fort chaque Monster Club va plus se concentrer à faire échouer son adversaire qu’avancer dans sa quête. Cette trame assez évidente va donner une bonne place aux gags et aux références plus ou moins historiques. J’ai particulièrement apprécié l’univers Steampunk que Thierry Leprévost (dessinateur, coloriste) a apporté.

On se plonge facilement dans ce genre d’ouvrage bourré d’humour et malgré un scénario un peu facile on reste agréablement surpris par la fin, à vous de la découvrir en fondant acheter ce premier tome d’une série prometteuse. Pour les plus sceptiques, le résumé à l’arrière de la BD devrait suffire.

Intéressé par cet album ?
Achetez sur Amazon.fr

Advertisements

You may also like...

%d blogueurs aiment cette page :