Revenants (Futuropolis)

Revenants (Futuropolis)

Olivier Morel a réalisé un documentaire, L’Âme en sang, qui donne la parole à six vétérans — des fantômes hantés par des fantômes —, qui portent l’insupportable de ce qu’ils ont vécu : vu et fait en Irak.

Ce film poignant, utile, diffusé sur Arte en 2011, et dans de nombreux festivals aux États-Unis et en Europe, rappelle que le nombre de suicides de vétérans est aujourd’hui supérieur à celui des soldats tués sur le sol irakien. Ils sont 70 000 vétérans aux USA, dont 22 mettent fin à leur vie chaque jour.

Mai 2010, le tournage est fini et Morel est frustré car il n’a pas pu tout mettre : le passé, l’inconscient, l’imagination, le rêve, les projections psychotiques…, ne peuvent pas faire partie de la dramaturgie documentaire.

Un ami commun le met en relation avec Maël. Après avec vu son film et ses carnets de repérages, Maël, tout à la fois enthousiaste et plein d’incertitudes et d’interrogations quant à la responsabilité qu’il endosse, décide de faire une bande dessinée.

Cet album n’est pas le livre du film. Il raconte l’histoire du film.

C’est-à-dire pourquoi Olivier Morel a décidé de le faire et comment il a travaillé.

Il montre ce lien particulier, délicat et intime, qui unit le réalisateur aux vétérans qu’il filme.

La méthode narrative choisie par Maël, tout en délicatesse allusive, refusant toute intrusion voyeuriste, est à la mesure de son engagement.

Son dessin très représentatif du réel, ne laisse de place ni à l’improvisation, ni aux « accidents » du trait, il est un outil pour faire passer le vécu…

Revenants

© Futuropolis

Pas fan de bande dessinée de reportage (ni de reportages sur des guerres trop proches d’ailleurs) je dois avouer que ce Revenants m’a fait ce qu’aucune bande dessinée n’était parvenue à me faire ressentir jusqu’ici… me prendre aux tripes et m’émouvoir presque jusqu’aux larmes.

L’histoire de la génèse du film/documentaire d’Olivier Morel est juste hyper poignante et nous montre très bien comment, juste en voulant raconter l’histoire de ces femmes et ces hommes ayant été dans le feu de l’action, il aura pris par empathie une partie de leurs problèmes sur ses épaules…

Les dessins noir et blanc teinté d’orange – dans les moments évoquant la guerre et les séjours en Irak – ajoutent encore plus à cette impression d’oppression et de malaise que le récit donne…

Je vous recommande vivement la lecture de cet ouvrage dont vous pouvez découvrir la bande annonce ci-dessous :

Intéressé par cet album ?
Achetez sur Amazon.fr

Advertisements

Xavier

Passionné de bandes dessinées depuis une petite dizaine d'années, je me suis enfin décidé à partager cette passion au travers d'un blog. Au début les chroniques étaient postées sur mon blog perso thiriaux.be mais voulant pouvoir garder une ligne éditoriale plus "personnelle" sans mélanger le tout j'ai donc décidé de séparer les bandes dessinées du reste et objectif-bd.be est ainsi né :)

You may also like...

%d blogueurs aiment cette page :