Basketful of heads (Urban Comics)

June Branch mène une vie des plus tranquilles… jusqu’au jour où quatre criminels parviennent à s’évader de prison et enlever son petit ami, Liam. Pour leur échapper, June n’a d’autre choix que de se munir d’une arme étrange… une hache viking du VIIIe siècle !

Mais celle-ci est dotée de propriétés bien singulières : à même de décapiter un homme, elle laisse cependant les têtes fendues… conscientes ! Pour sauver Liam, June n’a plus qu’une seule solution : garder la tête (ou plutôt tout un panier de têtes) froide…

Si vous ne connaissez pas Joe Hill, je vous conseille de découvrir son oeuvre en lisant Locke & Key (qui a été adapté en série par Netflix) et The Cape qui sont, pour moi, ses deux oeuvres principales, mais, en dehors de ces séries, Joe Hill est, en digne neveu de Stephen King qu’il est, un grand auteur de récits à suspens et Basketful of heads (« Panier rempli de têtes » pour ceux qui ne comprennent pas l’anglais) ne déroge pas à la qualité de ses productions précédentes.

Avec Basketful of heads, Hill nous emmène dans une petite station balnéaire américaine où la jeune June Branch arrive pour retrouver son petit ami qui y office pendant les vacances comme policier temporaire pour aider les forces de la ville avec l’afflux de touristes. Malheureusement pour elle, tout ne se passera pas comme elle l’aurait espéré.

Le soir de son arrivée, Liam et elle sont invités à manger chez le chef de la police, mais les plans sont un peu chamboulés suite à l’évasion de prisonniers qui force le chef à les rechercher toute la soirée laissant ses invités en compagnie de sa femme et son fils. Mais, vous vous en doutez bien, la soirée ne se terminera pas comme prévu et obligera June à se battre pour sauver sa vie…

Comme à son habitude, Hill nous propose une histoire pleine de rythme et suspens avec une touche de surnaturel et mysticisme nous laissant dévorer les pages en retenant notre souffle de chapitre en chapitre pour savoir ce que nous réserve son esprit torturé, et ce de très belle manière.

Et, vous vous en doutez, j’ai vraiment adoré lire Basketful of heads qui, même s’il n’est pas au niveau d’un Locke & Key (qui est largement ce que Hill a produit de mieux), propose une histoire policière simple, mais vachement efficace. Une belle découverte !

Basketful of heads

18
7.3

Scénario

7.5/10

Dessins

7.1/10

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :