Carlisle – Retour aux sources (Grand Angle)

Carlisle - Retour aux sources

1904, à l’école de Carlisle, destinée à l’acculturation des jeunes Indiens, le directeur Pratt confie au professeur Jonas l’organisation d’un voyage à New York pour une vingtaine d’élèves indiens. L’occasion d’impressionner la bonne société par le niveau d’érudition de ces enfants afin de solliciter leur générosité. C’est ainsi que les élèves vont découvrir une métropole et juger de la puissance de l’homme blanc à travers le gigantisme de la ville…

Contraint de rentrer à Carlisle, Jonas préfère la piste au train. L’occasion pour ses élèves de retrouver les réflexes d’autrefois dans une nature hostile, ce qui suscite l’admiration du professeur et des doutes quant au bien-fondé de leur intégration. D’autant plus qu’il se rapproche de la jeune indienne Elisabeth.

De retour à l’école, les choses se précipitent. Jonas se heurte à Pratt et s’éloigne de son épouse Mary. Le soir où Elisabeth s’offre à lui et qu’ils sont surpris par le major Mercy qui croit tenir alors sa vengeance, le drame s’avère inévitable…

Après nous avoir fait découvrir dans le premier tome comment les indiens étaient « réhabilités » dans un institut au début du 20è siècle, le second tome de Carlisle nous en apprend plus sur comment ils étaient perçu par les gens de la ville (New York dans ce cas).

On apprend aussi pourquoi le Commandant Pratt ne pouvait rien faire contre le Major Mercy malgré les différents délits et mauvaises actions que celui-ci a accompli au sein de l’école et sur les vues politiques du père de Jonas qui souhaite briquer un siège à Washington en profitant de la situation des indiens.

Mais Carlisle nous montre aussi que malgré toutes les « bonnes » volontés mises pour ré-éduquer ses enfants, ils n’en oublieront jamais les acquis que parents et cultures leurs ont apporté au fil de leur enfance.

Carlisle est une bonne fenêtre ouverte sur une période de l’Histoire Américaine connue par peu de personne. Et comme il n’y a que les imbéciles qui ne change pas d’avis, contrairement à ce que je disais dans l’article sur le tome 1 « Niveau dessin je ne suis pas trop fan car un peu trop proche de la ligne claire (oui c’est beau et tout et tout mais je préfère parfois un dessins plus haché ou alors plus réaliste) » je trouve que, finalement, les dessins ne font pas ligne claire du tout.

Intéressé par cet album ?
Achetez sur Amazon.fr

Related posts