Le Club des Prédateurs – The Bogeyman (Casterman)

Le Club des Prédateurs - The Bogeyman

Londres 1865.

Tandis que dans leurs clubs les gentlemen font bonne chère, dans leurs usines les enfants des pauvres se tuent au travail.

Tout autour, le brouillard dissimule mal les monstres et les criminels. Jack, un petit ramoneur insoumis, voudrait combattre tous ces prédateurs, et en particulier l’effrayant Bogeyman, le meurtrier de son père.

Le hasard va le rapprocher d’une très jeune héritière, Liz, qui pourrait changer sa vie.
Mais des rues mal famées jusqu’au Club le plus select, leur innocence va laisser place à la pure terreur.

L’histoire de cette série commence d’une manière un peu choquante pour notre époque, en présentant Liz, l’héroïne de l’aventure, assistant avec sa mère à l’exécution publique d’une gamine d’environ son âge pour de multiples vols comme si l’on allait à un spectacle en plein air avec son panier pique-nique.

La suite du récit sorti de l’imagination de Valérie Mangin (Alix Senator, Abymes, Expérience mort…) tranche clairement avec les récits que j’avais déjà lus de sa part et m’a fortement perturbé, mais il va être difficile de vous expliquer pourquoi sans vous dévoiler le reste de l’intrigue, mais sachez que cette bande dessinée n’est peut-être pas à mettre entre les mains des plus jeunes de peur de leur faire avoir une crise d’angoisse…

Pour le reste, si les dessins de Dupré rendent bien l’univers de l’Angleterre Victorienne, je ne suis pas vraiment fan de la façon dont il dessine, à certains moments, les visages des personnages.

In fine « Le Club des Prédateurs – The Bogeyman » est une bande dessinée assez dérangeante qui ne conviendra sans doute pas aux âmes les plus sensibles.

Le Club des Prédateurs - The Bogeyman

13,95€
7.8

Scénario

8.5/10

Dessins

7.0/10

Plus

  • Scénario hyper dérangeant qui change de ce que j'ai précédemment lu de la part de Valérie Mangin

Moins

  • Dessins des visages pas top, trop distordus par moments
Advertisements

Related posts