Dark Museum – American Gothic (Delcourt)

Dark Museum - American Gothic

Pour entrer au Dark Museum, une toile doit provoquer chez son observateur une impression morbide que seule une origine mystérieuse semble pouvoir expliquer. L’austère American Gothic de Wood y tient une place de choix…

1930, Iowa. Les effets de la crise sont terribles dans cette partie de l’Amérique. Avec la misère, l’égoïsme prévaut. L’installation d’un cirque en pleine sécheresse finit d’échauffer les esprits.

Alors que Lazarus Henkel désespère de pouvoir nourrir sa famille, un accident de voiture se produit près de sa ferme. L’odeur du corps du conducteur en train de brûler lui inspire une macabre solution…

On a tous eu au moins une fois, en passant devant un tableau ou une autre sorte d’oeuvre d’art, cette envie d’en savoir plus sur ses origines, ce qu’il se cache derrière les visages ou l’histoire des personnages. Et bien, la série « Dark Museum » de Delcourt, conceptualisée par Gihef et Alcante, va vous proposer une version totalement fictive de ce que l’histoire derrière des oeuvres populaires aurait pu être.

Avec « American Gothic« , nous plongeons dans la crise de 1929 qui causa la faillite de nombreuses familles et qui fut accentuée pour les habitants de l’Iowa par une sécheresse qui provoqua des pertes de rendement et obligea de nombreuses familles à vendre leur bétail ou leur matériel afin de pouvoir survivre un minimum.

J’ai trouvé que le scénario imaginé par Gihef et Alcante vraiment intéressant, sombre et duquel suintait un désespoir bien glauque pour déboucher sur une oeuvre gore à souhait que rien ne laissait présager à la lecture des premières et de la rencontre entre le peintre et la famille Henkel. En fait, et en voyant le tableau, je m’attendais plus à lire une histoire sur une famille ultra-catholique impliquant quelque chose comme inceste ou viol sans imaginer que les scénaristes iraient aussi loin que ce qu’ils présentent ici.

Les dessins, même si je ne suis clairement pas un grand fan de ce qui est présenté, jouent parfaitement leur rôle en ajoutant une profondeur dramatique qui évolue au fur et à mesure que la palette de couleurs change.

J’ai vraiment passé un excellent moment de lecture avec ce premier tome de « Dark Museum » et j’ai hâte de découvrir les 3 prochains volumes à paraître (le tome 2 devant aborder l’histoire de la fameuse toile « Le cri »).

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :