Escobar El Patrón (Dargaud)

Escobar El Patrón

Cette bande dessinée retrace les derniers jours d’un bandit mondialement connu : Pablo Escobar. L’un des plus célèbres narcotrafiquants de Colombie, il était à la tête du cartel de Medellín. Il était également recherché par les polices de son pays et sous la loupe de toute une série d’organisations américaines. En 1991, pour éviter d’être extradé aux États-Unis, il accepte d’entrer en prison. Cet album se concentre sur ce bref séjour derrière les barreaux jusqu’au jour de ses funérailles en grandes pompes.

En 1991, Pablo Escobar, après avoir âprement négocié avec la justice colombienne, accepte d’entrer dans une prison qui n’en porte que le nom. Le narcotrafiquant y entre avec ses hommes de mains, ses partenaires et quelques membres de sa famille. C’est lui le boss et la prison n’est rien d’autre qu’une maison temporaire. Il y recevra sa femme et ses enfants, mais aussi des prostituées, il y organisera des fêtes et des matchs de football avec l’équipe nationale colombienne. Il n’hésitera pas non plus à s’octroyer des sorties au stade pour voir son équipe jouer. Le tout, au nez et à la barbe des autorités.

Escobar El Patrón
© Dargaud

Mais les États-Unis et la Colombie sont bien décidés à le faire tomber. On suit deux agents américains chez qui la tentation d’un attentat est grande. Puisque l’homme a décidé de narguer la justice, pourquoi rester dans la plus pure légalité ?

Avec cette bande dessinée, on retrouve l’univers dépeint dans la série Narcos. On retrouve le caractère colérique d’Escobar, on retrouve son amour et sa tendresse pour sa famille, sans doute sa seule faiblesse. La première partie qui se déroule en prison permet la mise en place des personnages. Dans la seconde, la cavale, le rythme s’accélère et on se retrouve dans un réel polar. On connait la fin, mais on reste suspendu à la succession des cases.

Seul petit bémol, la foule de personnages secondaires. Pablo Escobar rencontre ses partenaires, ceux qui le soutiennent, ceux qui auraient des tentations de le trahir, on finit par s’y perdre dans les protagonistes et dans les dossiers qui les lient entre eux.

Pour le reste, le dessin est réaliste et le scénario bien ficelé. On referme cet album en se disant que des bandits pareils, il n’en existe plus !

 

Escobar El Patrón

19,99€
Escobar El Patrón
8.5

Scénario

8.0 /10

Dessins

9.0 /10
Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :