Le concile des arbres

Le concile des arbres (Dargaud)

Dans un XIXe siècle improbable, baigné d’une ambiance Nouvelle-Angleterre à la Sleepy Hollow, deux enquêteurs spécialisés dans le paranormal tentent de comprendre pourquoi, dans un hôpital perdu en pleine forêt, des enfants disparaissent. Ils découvrent que, non loin de cette vieille bâtisse, il y a des siècles de cela, un massacre aurait eu lieu.

Ces étranges disparitions seraient liées à ce lieu sacré et maudit…

Si j’ai acheté « Le concile des arbres » c’est tout d’abord parce que la couverture (merci le marketing) me parlait et m’intriguait en me faisant penser à une histoire genre horreur même si le résumé en quatrième de couverture parlait plus d’une histoire d’enquête dans le paranormal.

Et effectivement, à la lecture, l’histoire se rapproche plus de séries comme Aspic dans le scénario et illustré avec des dessins qui, je trouve, ressemblent assez à ceux de Loisel pour son Peter Pan ou la quête de l’oiseau du temps de par les traits de visages des personnages tels que les enfants et le médecin en charge de ceux-ci.

Au niveau de l’histoire, j’ai bien aimé le mélange entre Angleterre du 19e et la période de persécution des druides lors de l’invasion romaine de la Bretagne avec la malédiction lancée alors que les druides sont sur un bûché (tiens ça me rappelle aussi la malédiction lancée dans les mêmes circonstances par Jacques de Molay suite à son procès et à la dissolution de l’Ordre des Templiers).

« Le concile des arbres » fut une agréable surprise autant pour le scénario que pour la qualité des dessins et j’ai passé un agréable moment de lecture en compagnie des deux enquêteurs. D’ailleurs, je trouve que ce one-shot mériterait sans doute de devenir une série proposant d’autres aventures du genre.

14,99€
7.2

Scénario

7.5/10

Dessins

6.8/10

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :