Les Indes fourbes (Delcourt)

Fripouille sympathique, don Pablos de Ségovie fait le récit de ses aventures picaresques dans cette Amérique qu’on appelait encore les Indes au siècle d’or. Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l’Amazone, jusqu’à ce lieu mythique du Nouveau Monde : l’Eldorado !

Qui dit confinement et perte d’emploi dit rattraper le retard de lecture que j’ai accumulé ces derniers mois et donc je me suis attaqué à l’album d’Alain Ayroles et Juanjo Guarnido, « Les Indes Fourbes » paru aux éditions Delcourt.

Apparu dans l’Espagne du Siècle d’or, le roman picaresque raconte, à la première personne, la vie d’un gueux. Vagabond, mendiant, voleur ou escroc, ce héros va vivre d’invraisemblables aventures. Parmi les grandes œuvres qu’a produites le genre, Le Buscón, ou La Vie de l’aventurier don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous, publié en 1626, se distingue par la férocité de son humour. Francisco de Quevedo, figure majeure des lettres ibériques, y met en scène, avec un style outrancier, mais raffiné, les cruelles et grotesques infortunes d’un truculent vaurien. À la fin de ce roman situé en Espagne, le pícaro don Pablos embarque pour les Indes. Quevedo annonce une suite, qu’il n’écrira jamais. (d’après le communiqué de presse de Delcourt)

Si le genre « roman picaresque » m’était inconnu (vu que je ne lis pas souvent des livres, honte sur moi), je dois dire que j’ai vraiment apprécié lire « Les Indes fourbes » tellement les aventures de Pablos étaient bien mises en scènes et pensées en mêlant humour, aventure, émotions fortes, peur et ambitions d’un jeune homme voulant s’extraire de sa condition de miséreux sur le Vieux Continent et devenir quelqu’un sur le Nouveau.

Au final, Pablos est un personnage attachant auquel chacun peut s’identifier et apprendre de lui que, même si on veut changer sa condition initiale, tous les chemins ne sont pas les meilleurs à prendre et qu’il faut faire preuve d’imagination pour y arriver.

Pour conclure, je dirais que « Les Indes fourbes » est un très bel album qui devrait plaire aux plus grand nombre et fût un bel ouvrage de 2019.

Les Indes fourbes

34,9
8.5

Scénario

9.0/10

Dessins

8.0/10

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :