Les petites distances (Casterman)

Les petites distances

Je suis là.
Je suis Max.
On vit ensemble depuis deux semaines.
Enfin c’est surtout moi qui vis chez toi, mais je crois que je ne te dérange pas.
Tu ne m’entends vraiment pas ?

« Les petites distances » c’est l’histoire de Max. Max a un problème c’est que les gens l’oublient. Mais pas juste, oublier de venir le chercher ou de l’inviter à une fête, mais c’est comme si Max n’existait pas (même pour ses parents), qu’il était invisible ou qu’il vivait dans une autre dimension et que lui seul pouvait interagir avec la dimension des autres.

Donc quand, un soir, Max rentre chez lui pour fêter les 4 ans de son couple et qu’il retrouve sa copine au lit avec un autre homme et que celle-ci ne se souvient plus de lui, Max est dévasté et décide d’emménager en coloc dans un immeuble sauf que, bien évidemment, son coloc oublie qu’il existe et loue sa chambre à un autre. Là, Max se rend compte que plus personne ne le remarque ni le voit, qu’il est devenu totalement transparent et, après quelques mésaventures, il décide d’emménager dans l’appartement de Léonie (Léo), superbe jeune femme, mais traumatisée par un cambriolage alors qu’elle était chez elle, et qui vit avec ses démons qui l’empêchent de dormir.

En s’installant chez Léo, Max, qui est tombé amoureux de celle-ci, décide de prendre les choses en mains et arrive à faire disparaître les mauvais rêves de la jeune femme au point qu’elle reprenne confiance en elle et en la vie. Commence alors une coloc peu banale où l’autre ne sait pas qu’un « gentil fantôme » (ou ange gardien) squatte chez elle.

Mais, au fur et à mesure que le temps passe, les actes posés par Max font que la jeune femme reprend du poil de la bête et commence, au grand dam de Max, à sortir avec un homme et que cela se passe plutôt bien et la jalousie fait son apparition et Max tente de faire son possible pour que le couple ne fonctionne pas.

« Les petites distances » est une comédie romantique dans le bon sens du terme et Vero Cazot nous propose une histoire pleine de tendresse, d’humour (et de sexe aussi), mais aussi de tristesse, de déception et de suspens le tout accompagné par les splendides dessins (je pense que je suis aussi tombé amoureux de Léonie) de Camille Benyamina qui m’a vraiment fait apprécié l’oeuvre du duo.

« Les petites distances » fut une très belle découverte que je vous recommande chaudement de lire !

Les petites distances

22€
8.8

Scénario

9.5/10

Dessins

8.0/10
Advertisements

Xavier

Passionné de bandes dessinées depuis une petite dizaine d'années, je me suis enfin décidé à partager cette passion au travers d'un blog. Au début les chroniques étaient postées sur mon blog perso thiriaux.be mais voulant pouvoir garder une ligne éditoriale plus "personnelle" sans mélanger le tout j'ai donc décidé de séparer les bandes dessinées du reste et objectif-bd.be est ainsi né :)

You may also like...

%d blogueurs aiment cette page :