Nellie Bly est complètement folle. Sans cesse, elle répète vouloir retrouver ses « troncs ». Personne n’arrive à saisir le sens de ses propos, car en réalité, tout cela n’est qu’une vaste supercherie. Nellie cherche à se faire interner dans l’asile psychiatrique de Blackwell à New York dans le but d’y enquêter sur les conditions de vie de ses résidentes. Y parvenant avec une facilité déconcertante, elle découvre un univers glacial, sadique et misogyne, où ne pas parfaitement remplir le rôle assigné aux femmes leur suffit à être désignées comme aliénées.

Journalisme d’investigation en immersion, droit des femmes et féminisme : quasi tous les sujets d’actualité en 2021 l’étaient déjà fin du 19e siècle un peu partout dans le monde et c’est dans ce cadre-là que la jeune Elizabeth Cochrane Seaman décida, après une carrière dans un journal de Chicago sous le nom de plume de Nellie Bly et avoir été refusée en tant que journaliste dans plusieurs rédactions, de tenter sa chance auprès du New York World de John Pulitzer qui lui proposera un contrat si elle arrive à se faire interner dans un asile pour en sortir un reportage.

Comme Nellie n’est pas femme à reculer devant un défi, elle parviendra très (trop ?) facilement à se faire interner par un juge dans un asile pour femmes dans le besoin avant de se faire transférer au Blackwell’s Island Hospital, un hospice pour femmes dans lequel tous types de profils sont internés de gré ou de force par un mari, parent, enfant voulant se débarrasser d’une mère, femme, fille encombrante.

Grâce à Nellie, nous découvrons un endroit froid, humide et dans lequel n’importe quel patient sain d’esprit perdrait la raison à cause de la malnutrition, des brimades et autres humiliations subies de la part du personnel soignant (tant bien des médecins que des infirmières). Heureusement pour elle, son séjour ne durera qu’une petite dizaine de jours, mais son reportage fit tellement de bruit qu’un procès eu lieu qui força les dirigeants de l’asile, mais aussi la ville de New York à réagir en punissant le directeur et en forçant l’asile à revoir sa politique.

Vous l’aurez compris, avec cet hommage à la pionnière du journalisme d’investigation et d’immersion, le duo d’autrices Carole Maurel et Virginie Ollagnier nous offre une belle opportunité de découvrir une femme – que je ne connaissais pas – qui eu un impact et une influence directe pour les femmes de son temps et qui a sans doute inspirée des générations de femmes journalistes, écrivaines, autrices ou exerçant tout autre métier de plume, mais aussi probablement toutes les femmes souhaitant pratiquer un métier « d’homme ».

Merci à Carole et Virginie pour ce bel hommage !

Nellie Bly

22€
7.6

Histoire

8.0/10

Dessins

7.2/10

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :