Noé (Le Lombard)

Noé

Cet homme s’appelle Noé. Loin de l’image de patriarche que l’on accole au personnage de la Bible, il ressemble plutôt à un guerrier. On dirait un Mad Max sorti du fond des âges. dans le monde de Noé, la pitié n’a pas sa place. Avec sa femme et ses trois enfants, il vit sur une terre aride et hostile, en proie à la grande sécheresse. Un univers marqué par la violence et la barbarie, livré à la sauvagerie des clans qui puisent leur raison de survivre dans la guerre et la cruauté.

Mais, Noé n’est pas comme les autres. C’est un combattant et c’est aussi un guérisseur. Il est sujet à des visions qui lui annoncent la fin prochaine de la terre, engloutie par les flots d’un déluge sans fin. Noé doit prévenir ses semblables. Si l’homme veut survivre, il lui faut mettre un terme aux souffrances infligées à la planète et « traiter le monde avec miséricorde ». Cependant, personne ne l’écoute. Le tyran Akkad, auquel Noé est allé rendre visite dans la cité de Bal-llim, l’a chassé et condamné à la fuite. Après avoir consulté son grand-père Mathusalem, Noé décide alors de rallier à sa cause les terribles Géants et d’accomplir la tâche que le Créateur lui a confiée…

Noé

© Le Lombard

Suite à la sortie du film Noé je me suis intéressé à la bande dessinée éponyme dont la parution a débutée en 2011 car, n’aimant absolument pas Russell Crowe, je n’irai pas voir le film et comme le film et la bande dessinée ont été créés ensemble et que les univers visuels sont sans doute fort différents je me disais que cette interprétation de la vie de Noé serait une bonne lecture.

Le fait d’avoir fait du patriarche un guerrier (comme dis en début d’article dans le résumé) est une bonne idée et casse le mythe du vieil homme qui lui est accolé grâce aux écrits catholiques. Cela renforce aussi le côté jusqu’au-boutiste de l’homme qui ne reculera devant aucun sacrifice afin d’accomplir la mission qui lui a été confiée par le créateur quitte à mettre en danger sa propre famille.

Hormis ce côté guerrier, l’histoire est connue de tous (ou presque) et n’apporte donc aucune vraie surprise. Par contre, les dessins de Niko Henrichon sont justes sublimes et d’une rare justesse au point que certaines planches – principalement les pleines pages – pourraient facilement se retrouver vendues en posters ou tableaux tellement elles sont superbes.

Intéressé par cet album ?
Achetez sur Amazon.fr

Advertisements

Xavier

Passionné de bandes dessinées depuis une petite dizaine d'années, je me suis enfin décidé à partager cette passion au travers d'un blog. Au début les chroniques étaient postées sur mon blog perso thiriaux.be mais voulant pouvoir garder une ligne éditoriale plus "personnelle" sans mélanger le tout j'ai donc décidé de séparer les bandes dessinées du reste et objectif-bd.be est ainsi né :)

You may also like...

%d blogueurs aiment cette page :