Le jour où Isako livre un nouveau kimono à l’okiya, elle n’imagine pas que son père va la vendre, avec pour perspective de faire d’elle une geisha. La jeune fille est précipitée dans un univers aussi hostile que fascinant, sommée de démêler les fils d’un destin qu’on a tissé pour elle. D’intrigues en chausse-trappes, l’étau se resserre dans les froissements d’étoffe, et alors que l’heure de son examen approche les comptes doivent être soldés.

Comme indiqué dans le résumé de l’album, « Parfum de soie » nous raconte l’histoire de la jeune Isako, qui vendue par son père à une okiya (maison de geisha) du Tokyo des années 1820/30, se verra forcée à suivre la formation de geisha et ainsi suivre le parcours des ses soeurs dont elle ignorait l’existence, car celles-ci avaient aussi été vendues dans les mêmes circonstances afin de rembourser la dette de leur famille envers l’établissement.

Grâce à cette histoire, nous en découvrons un peu plus sur l’Histoire du Japon au travers de l’univers des geishas et des maisons de geishas. Des débuts en tant que femme à tout faire au rite de passage au statut de geisha avec toutes les différentes matières que celles-ci doivent apprendre afin de réussir l’examen et ainsi obtenir le droit d’exercer le métier de geisha pour un « mécène ».

J’ai vraiment bien aimé ce récit mêlant avec succès drame familial, espoir, désespoir, amitié et trahison le tout superbement illustré de main de maître. Une belle découverte pour tout qui aime le Japon et son histoire et souhaite en apprendre plus sur la culture nippone.

Parfum de soie

22,95€
7.5

Scénario

7.0/10

Dessins

8.0/10

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :