Raven – Némésis (Dargaud)

Au XVIIe siècle, alors que le pavillon de l’Union Jack flotte sur la mer des Caraïbes, Raven, un jeune et impétueux pirate décide de mettre la main sur un prétendu trésor, promis à l’infâme gouverneur de Tortuga qui fait appel à lady Darksee, une redoutable femme pirate, en échange du pardon royal. Mais Raven, qui assiste à la scène, décide de les devancer et d’agir seul grâce à un plan de l’île où se situerait le trésor.

L’île volcanique, perdue dans les Caraïbes et peuplée par une tribu cannibale, s’avère pourtant dangereuse… Et c’est précisément sur celle-ci que le nouveau gouverneur de Tortuga et sa famille, venus de France, ont échoué après un long voyage…

7 ans après la fin de l’excellent Long John Silver, Mathieu Lauffray nous revient avec un nouveau récit de pirates, Raven un triptyque qui, comme indiqué dans l’introduction de l’article, nous emmène sur l’île de Tortuga, chef-lieu du royaume des pirates dans les Caraïbes.

Si Lauffray avait collaboré avec Dorison pour Long John Silver, cette fois-ci il s’y colle seul de A à Z en s’occupant tant du scénario que des dessins et de la couleur et j’avoue qu’il a réussi son pari tant le scénario de ce premier tome est prenant et propose une palette de personnages intéressante dont Raven, le héros, est un bel exemple du personnage qu’on va adorer détester ou détester adorer tant son fort caractère (et sa malchance) va, plus que probablement, lui jouer de mauvais tours comme on a déjà pu le voir dans les premières pages de l’album.

J’ai vraiment adoré revenir dans l’univers graphique que Lauffray avait utilisé pour Long John Silver même si ce n’est pas tout à fait identique et j’ai vraiment hâte de pouvoir découvrir les prochains tomes des aventures de Raven.

Raven - Némésis

15
8.3

Scénario

8.0/10

Dessins

8.5/10

Laisser un commentaire:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :