Red Skin – Welcome to America (Glénat)

Red Skin - Welcome to America

Vera Yelnikov est une bombe atomique ! De ces femmes qui réveilleraient un mort ou auraient rendu lesbienne Margaret Thatcher. Mais si le sexe est son grand plaisir dans la vie, elle doit consacrer la plupart de son temps à son métier : agent d’élite au service de l’URSS.

En pleine guerre froide, Vera est envoyée à Los Angeles par les bureaucrates du Kremlin. Sa mission ? Devenir une véritable « super-héroïne américaine » pour propager les valeurs communistes au pays de l’Oncle Sam et lutter contre le « Charpentier », un serial killer fasciste qui s’en prend à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un gauchiste. À peine arrivée, elle doit trouver une couverture pour son identité secrète… Un job lui paraît tout indiqué pour se fondre dans la masse et répondre à ses aspirations profondes : actrice porno !

Red Skin - Welcome to America

© Glénat

Alors oui si j’ai acheté Red Skin c’est un peu pour la couverture (pour voir de quoi je parle il faudra aller voir sur le site de Glénat parce que le format de la bannière est cadré assez serré ;)) mais aussi et surtout pour le scénario dont j’avais pu découvrir quelques planches durant l’été sur le site de BD Gest’.

Bon le scénario ne pouvait pas être mauvais vu que c’est Xavier Dorison (Long John Silver, HSE, Asgard, Sanctuaire, Prophet…) qui est aux commandes et que ses histoires ne m’ont jamais déçu et c’est encore le cas pour Red Skin que j’ai trouvé très efficace avec une touche d’humour dont je n’aurais pas attendu la présence dans cette histoire d’espionnage et d’action qui force une jeune Russe, entraînée depuis sa tendre enfance à devenir le meilleur soldat de l’armée Soviétique, à s’infiltrer aux Etats-Unis, trouver un job et devenir le super héros qui sauvera la Californie (enfin les « pervers » californiens) d’un homme s’attaquant au monde du porno, aux homosexuels, prostituées… bref tout ce qui représente la perversion américaine.

Comme dis le scénario est, pour moi, très efficace mais il faut dire qu’il est merveilleusement aidé par les fantastiques dessins de Terry Dodson, dessinateur américain qui a notamment travaillé sur Harley Quinn, Uncanny X-Men et d’autres séries. Et effectivement, on retrouve dans Red Skin une touche assez prononcée de la culture du comics made in USA à un tel point que je pensais, après la lecture de la preview, qu’il s’agissait d’un comics et non d’un album de bande dessinée franco-belge.

Red Skin est pour moi une des découvertes de cette année et mérite que vous vous attardiez sur les aventures de Vera Yelnikov.

Intéressé par cet album ?
Achetez sur Amazon.fr

Advertisements

Xavier

Passionné de bandes dessinées depuis une petite dizaine d'années, je me suis enfin décidé à partager cette passion au travers d'un blog. Au début les chroniques étaient postées sur mon blog perso thiriaux.be mais voulant pouvoir garder une ligne éditoriale plus "personnelle" sans mélanger le tout j'ai donc décidé de séparer les bandes dessinées du reste et objectif-bd.be est ainsi né :)

You may also like...

%d blogueurs aiment cette page :