Les Reines de sang – Tseu Hi, la dame dragon (Delcourt)

Les Reines de sang – Tseu Hi, la dame dragon

L’ascension sociale de Tseu Hi est indissociablement liée au couple improbable qu’elle forma avec un jeune mendiant. C’est le destin tragique d’une belle ambitieuse et d’un pauvre hère qui, à force de volonté et d’esprit de revanche, gravirent une à une les marches du pouvoir de la Chine impériale.

Devenus courtisane et eunuque, ils manipulèrent les rouages d’une société engoncée dans un traditionalisme et des tabous d’un autre âge…

Tseu Hi fut jugée par certains, comme responsable de la chute de la dynastie impériale. Elle en fut en tout cas la dernière représentante.

Avec Tseu Hi, la collection « Reines de Sang » nous sort des reines européennes en nous emmenant dans l’Empire du Milieu, la Chine.

Personnellement je n’avais jamais entendu parler d’elle, le récit conté par Nihoul nous fait découvrir que l’attrait du pouvoir n’a pas de frontière et que les intrigues et trahisons ne sont pas spécialement les comportements préférés des gens riches mais peuvent aussi corrompre des gens simples comme un paysan ou une fille de bonne famille.

Concernant les dessins, une connaissance me faisait remarquer qu’il y avait une ressemblance avec ceux de la série Djinn mais hormis peut-être la couverture, le dessin à l’intérieur de l’album est fort différent et bien réalisé par Fabio Mantovani.

Tseu Hi est donc dans la lignée de ce que les autres albums de la collection proposent et est intéressant pour tout qui s’intéresse à l’Histoire.

Les Reines de sang – Tseu Hi, la dame dragon

14,95
7.8

Scénario

8.5/10

Dessins

7.0/10

Plus

  • Ca change de l'histoire de France des tomes précédents
Advertisements

Related posts